Rechercher
 

Fonction publique : remise en cause du paritarisme attention danger !

Dans le cadre du chantier « Dialogue social » de la concertation Action Publique 2022, le gouvernement a présenté le 25 mai aux organisations syndicales représentatives ni plus ni moins qu’un projet de « suppression du paritarisme » afin de faciliter une « déconcentration managériale » de la Fonction publique.

C’est inacceptable !!

Ce projet propose la suppression du paritarisme, l’abolition des CAP en ce qui concerne les mutations, l’élargissement des sanctions disciplinaires sans contrôle des recours, la suppression des CAP par corps,...

La FSU appelle les agent-es à réagir à cette attaque frontale contre leurs droits.

Elle demande au gouvernement de revenir sur ses intentions et de faire de nouvelles propositions.

Non à la proposition de fusion des comités techniques (CT) et des comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) que les syndicats ont rejeté

Du coup, le gouvernement souhaite mettre en place une "nouvelle instance issue des CT et des CHSCT".

Ce serait une assemblée plénière qui disposerait d’une formation spécialisée chargée des questions liées à la santé, à la sécurité et aux conditions de travail, au regard des imprécisions de cette proposition alternative, pour la FSU-Finances cette nébuleuse reviendrait toujours à supprimer une des deux instances.

Non à l’affaiblissement des CAP qui seraient en grande partie vidées de leurs fonctions.

En voulant : "concentrer" le rôle des CAP " uniquement sur l’examen des décisions ayant un impact négatif sur la carrière des agents", il y a un risque de non transparence et d’arbitraire dans la gestion des personnels .